Primaires démocrates : vieille berline ou nouveau cabriolet ?

Les victoires en forme de tout-pour-le-tout d’Hillary Clinton – dont la dernière en date en Pennsylvanie le 22 avril – semblent n’y pouvoir rien changer. Tout le monde fait comme si elle avait d’ores et déjà perdu les primaires démocrates, et certains lui demandent même d’arrêter sa campagne immédiatement pour épargner à son parti un combat sanglant jusqu’à cet été. Pourtant, malgré ces assauts répétés (ils durent depuis des mois) contre sa candidature à l’intérieur de son propre parti, et de la part d’une presse qui s’est révélée très nettement en faveur de Barack Obama – par amour de la nouveauté ? –, Hillary Clinton possède un argument de poids.

En effet, elle a beau n’être en avance ni dans le décompte des délégués pour la convention du mois d’août ni dans celui du vote dit « populaire » (le nombre de voix total directement obtenu par chaque candidat), elle a toutefois gagné tous ses combats contre Obama à la fois dans les plus grands Etats (i.e. ceux qui fournissent le plus grand nombre de grands électeurs pour l’élection en novembre et dont le Parti démocrate ne peut absolument pas se passer pour gagner : Californie, New York, Pennsylvanie…), et dans les swing states, ces états-charnière tout aussi indispensables dans la conquête de la Maison-Blanche : Pennsylvanie encore, Ohio et Floride en particulier. De plus, dans ces Etats, comme dans d’autres perdus ou gagnés par elle, elle a conquis le vote des swing voters, ces électeurs-clef qui font l’élection lorsque le jeu est serré entre Républicains et Démocrates. Ce sont des hommes (et des femmes d’ailleurs…) blancs qui n’ont pas fait d’études supérieures, dont les sérieuses préoccupations économiques se mêlent aux fameuses questions de « valeur », et dont une bonne partie avait constitué le gros des bataillons des Reagan Democrats dans les années 1980.

Or ce sont bel et bien ces Etats et ces électeurs-là qui feront la différence en novembre prochain contre le candidat républicain. Et il n’est pas du tout dit, en tout cas pas dans les enquêtes menées jusqu’ici sur ce thème, qu’ils acceptent de voter Obama plutôt que McCain ; alors qu’ils voteraient plus volontiers Clinton contre McCain précisément. Le syndrome du candidat démocrate trop « élitiste » perdant l’élection faute d’une force de conviction suffisante vis-à-vis des électeurs « populaires » refait donc surface à mesure que les primaires tirent vers leur fin (le 3 juin avec Porto-Rico). Dans le passé, John Kerry ou Michael Dukakis ont eu à essuyer ce type de reproches et ont perdu, largement, l’élection. D’aucuns ajoutent, discrètement certes car l’argument est prohibé, que la couleur de peau d’Obama ne serait pas non plus un atout dans cette perspective.

Bref, le Parti démocrate s’apprête à désigner, par le truchement de ses super-délégués et sur la foi de règles non écrites (l’avance de quelques centaines de milliers de voix dans le « vote populaire », le nombre total d’Etats gagnés, l’avance (même minime) en nombre de délégués), un candidat qui n’a démontré ni sa capacité à gagner le cœur de l’électorat traditionnel de son parti ni à « faire la différence » dans les moments cruciaux lorsque le niveau de la tension monte d’un cran. Ses hésitations et son manque d’allant devant l’adversité lorsqu’il a dû gérer ses gaffes ou les conséquences de ses fréquentations (comme celle du révérend Jeremiah Wright) ont laissé sceptiques nombre de ses admirateurs. Hillary Clinton apparaît ainsi de plus en plus, grâce à ses victoires au finish dans les Etats les plus disputés, comme la candidate de « gros temps » alors qu’Obama reste plutôt celui de la traversée électorale par temps calme. Le fait qu’il ait réussi à récolter beaucoup plus d’argent que sa rivale renforce encore cette impression.

On ne sait pas comment sera la météo politique de la campagne présidentielle à partir de septembre, mais l’on peut d’ores et déjà parier que les Républicains et leur machine à écraser l’adversaire ne resteront pas l’arme au pied. John McCain est certainement un candidat républicain atypique par bien des aspects, mais il est aussi et d’abord un combattant d’exception dont les armes politiques seront celles, traditionnelles, de son parti. Les Démocrates n’ont donc, comme d’habitude, aucun cadeau à attendre. Leurs super-délégués ont tout intérêt à intégrer cette variable dans leur système de choix s’ils veulent avoir une chance de jouer la finale à armes égales. Dans ce cas, si l’on peut se permettre cette métaphore au pays de l’automobile reine, la bonne vieille berline qu’est Hillary Clinton pourrait s’avérer finalement bien plus performante, en dépit de ses nombreux défauts, que le nouveau et rutilant cabriolet toutes options incluses auquel fait penser Barack Obama.

Voir également la dernière enquête du Pew Research Center (May 1, 2008 ).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s