La machine à gagner d’Obama

Depuis des années, l’efficacité de ce que les Américains appellent la « machine électorale » était du côté des Républicains (quadrillage du pays grâce à des groupes religieux militants, mobilisation des électeurs le jour du vote, financement…). La stratégie de George Bush reposait notamment sur de grandes opérations de mobilisation pendant les 72 heures précédant le scrutin où chacun avait un rôle précis à accomplir : téléphoner une dernière fois à un ami, aller chercher une personne âgée en voiture, sonner encore une fois chez les voisins…

Cette année, les Démocrates derrière Barack Obama semblent avoir bâti une « machine » à la fois plus puissante, plus moderne et plus efficace que les Républicains. Son financement représente d’ores et déjà un record : plus de 650 millions de dollars ! Alors que John McCain n’a levé « que » 240 millions. La clef de ce succès dans la collecte de fonds repose sur un maillage très serré du territoire, bloc par bloc (quartier par quartier) et un suivi très précis grâce aux nouvelles technologies – la mobilisation des jeunes cerveaux de la Silicon Valley a été fructueuse.

Ainsi Obama a-t-il pu récolter près de 254 millions de dollars en dons de moins de 200 dollars – la limite maximale autorisée par individu étant de 2300 dollars – alors que McCain n’en levait que 53. Cet énorme trésor de guerre lui permet non seulement d’inonder de publicités les télévisions des swing States (ces Etats indécis où va se jouer l’élection) mais encore de porter le combat là où McCain était assuré de la victoire – obligeant ce dernier à dépenser ses « maigres » ressources pour défendre son pré carré.

Les Clinton étaient réputés jusqu’ici avoir construit la meilleure machine électorale démocrate. Elle a permis à Bill d’être élu deux fois à la présidence mais n’a pas permis à Hillary de remporter les primaires. Elle a été vaincue par la machine Obama. Il faudra toutefois attendre le 4 novembre pour savoir si celle-ci peut faire élire un nouveau président démocrate.

Chronique « Carnet d’Amérique » publiée dans le quotidien Nice Matin le 29 octobre 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s